Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du gueux des bois : invitation aux voyages protestants
  • Le blog du gueux des bois : invitation aux voyages protestants
  • : invitation au voyage... protestant
  • Contact
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 09:07

 

ITINERAIRE PROTESTANT A SAINT-QUENTIN



Le siège de 1557 et Coligny

Historique
En 1557 Philippe II  accède au trône espagnol. Le 2 août 1557, ses troupes, commandées par Eugène de Savoie, se présentent devant la ville de Saint-Quentin. L’amiral de Coligny, gouverneur de Picardie, arrive dans la nuit du 2 au 3. Le maire, Varlet de Gibercourt, et lui-même organisent la défense de la place. On dénombre à peu près 2000 défenseurs.

Une armée de secours est battue le 10 août par Eugène et le comte d’Egmont. Cette première grande victoire pour le roi d’Espagne, le jour de la Saint-Laurent, l’amène à placer son règne sous le patronage du saint. La construction de l’Escorial, au plan de la grille de Saint Laurent, est décidée. 

Mais la résistance de Saint-Quentin permet aux Français de gagner du temps. L’armée espagnole ne marche pas sur Paris. La ville est prise le 27 août et la population est déportée. Elle est restituée à la France en 1559. Depuis 1987 Saint-Quentin est jumelée à la ville de San Lorenzo de el Escorial.

 

Le MonumentMémorial du siège de 1557
Un monument de la défense de 1557 est érigé par la municipalité en 1896 sur la place de l’hôtel de ville. Le monument est déplacé en 1989 en raison de la construction d’un parking souterrain sous la place de l’hôtel de ville. Il mesure 11m50 de haut pour un diamètre de 9 m.  Les sculptures sont l’oeuvre de Theunissen. Le monument en granit rose et en bronze a une silhouette pyramidale. Au sommet une femme couronnée de murailles représente la ville de Saint-Quentin. L’épée à la main, elle fait de son corps un rempart pour protéger la France représentée aussi sous les traits d’une femme tenant le drapeau du royaume. Quatre scènes du siège de 1557 sont représentées par des groupes de sculptures. Coligny tend son bras pour montrer au maire Varlet de Gibercourt l’endroit (faubourg d’Isle)  où ont débuté les combats. En dessous on peut lire la devise « civis murus erat », le citoyen était un mur.Une autre composition rend hommage aux corporations de la ville (canonniers et archers). Un soldat brandit l’étendard des archers et sonne de la trompe (un des boulets faillit coûter la vie à Eugène de Savoie, général des assiégeants).  Les derniers moments de la résistance sont représentés par un homme du peuple jetant comme ultime défense une pierre sur les ennemis. Un moine est atteint à la tête et un gentilhomme a encore la force de donner un coup de feu. Derrière, Catherine de Lallier, épouse du maire, panse le bras d’un blessé. Ainsi trois scènes montrent la résistance héroïque de toute la ville tandis qu’est sculptée à l’arrière la douleur de toute une population. En dessous des personnages sculptés, se trouvent les blasons des principaux défenseurs dont Coligny, fait prisonnier lors du siège. Coligny adhère au protestantisme lors de sa captivité en 1557 -1558, puis devient le chef du parti protestant.

 

L’hôtel de ville
L’hôtel de ville est achevé en 1509 dans le style gothique flamboyant. Il en reste la façade à trois pignons triangulaires. Le campanile fut érigé en 1643. A l’intérieur de l’édifice, un tableau de Tattegrain montre le sac de la ville en 1557. On peut voir  à l’arrière-plan l’hôtel de ville sans le campanile, mais avec la tour des archives. A gauche la première église Saint-Jacques dévastée et à droite l’hôtel-dieu pour les pèlerins. A voir régalement la salle des mariages avec le plafond en carène de bateau et la cheminée, achevée sous François 1er et la salle du conseil municipal en style art déco.

 

Le temple de Saint-Quentin

Le 1er temple

En 1616, Marie de Médicis, veuve de Henri IV, fait élever une chapelle pour les capucins, établis dans la ville depuis 1610. La chapelle est désaffectée pendant la Révolution. En 1833 la ville la met à la disposition de la communauté protestante. L’édifice est inauguré en 1834. En 1837 la municipalité fait construire une maison pour le concierge. En 1856 le chauffage et un orgue sont installés. En 1871, (bataille du Moulin de Tous vents du 19 janvier) l’afflux de blessés est tel que le pasteur Monnier installe une ambulance dans l’enceinte du temple. En 1914-1918, la communauté doit partager ses locaux et le temple avec l’occupant. Un pasteur allemand assure les cultes de 9h30 et de 11h. En mars 1917, la population est évacuée. A son retour le temple est dévasté.

détail de la façade du temple de Saint-Quentin
Le temple actuel

Le temple est reconstruit grâce aux dommages de guerre et aux dons d’Églises-sœurs américaines, néerlandaises, britanniques et suisses. La première pierre est posée en 1920 et le nouveau temple est inauguré en 1923. Le temple et la loge sont propriétés de la municipalité. Doté d’une très bonne acoustique, il accueille quelques concerts organisés par la municipalité, ce qui le rend plus visible auprès de tous. L’organisation intérieure est assez classique avec des tribunes, une chaire centrale et un décor limité à des versets bibliques.


 

Info pratique

 

Temple de Saint-Quentin

1, rue Claude Mairesse, 02100 Saint-Quentin

Ouvert avant le culte, dimanche de 10h à 10h30

 

Hôtel de ville de Saint-Quentin

1 place de l'Hôtel de Ville, 02100 Saint-Quentin

Renseignements : 03 23 06 90 00

http://www.ville-saintquentin.fr/500/

Partager cet article

Repost 0
Published by le gueux des bois - dans Picardie
commenter cet article

commentaires